Matt DeCourcey

Votre député de


Fredericton

Matt DeCourcey

Votre député de


Fredericton

Menu

Investissement fédéral pour positionner le NB comme leader national en soins de santé préventifs

Image1L’annonce faite cette semaine de la création d’un Centre for Healthy Living à l’Université du Nouveau Brunswick (UNB) illustre le rôle innovateur de nos établissements postsecondaires dans notre région et au Canada, un rôle auquel je souscris comme député de Fredericton.

Le gouvernement fédéral verse plus de 16.6 millions de dollars et le gouvernement provincial contribue à hauteur de 8.3 millions en vue de la création d’un regroupement de recherche d’importance nationale axé sur la santé, le bien-être et la condition physique, à l’extérieur du campus de l’UNB à Fredericton. Le Centre for Healthy Living, d’une valeur de 36 millions de dollars positionnera le Nouveau‑Brunswick comme leader en matière de soins de santé préventifs au Canada, en répondant à la demande croissante de recherche appliquée en soins de prévention et de réadaptation.

On prévoit que le projet créera plus de 300 emplois directs et indirects et générera des retombées économiques de plus de 20 millions de dollars de 2016 à 2019. À long terme, il permettra d’accroître les activités de recherche appliquée déjà entreprises à la Faculté de kinésiologie de l’UNB et favorisera les débouchés en commercialisation des produits développés à l’Université qui contribueront au mieux-être des Néo-Brunswickois

Il est difficile pour les universités des provinces de l’Atlantique d’obtenir des fonds pour la recherche. Je salue depuis longtemps le calibre élevé des recherches axées sur les solutions provenant de notre région. J’accorde une grande priorité au fait que nos établissements postsecondaires reçoivent leur juste part des subventions fédérales pour poursuivre leurs activités de calibre international. Dans le cas de ce projet précis, c’est avec fierté que j’ai fait la promotion de la capacité de la région à mettre de l’avant de nouvelles solutions aux défis qui assaillent notre système de santé.

Ce centre vaudra au Nouveau‑Brunswick le titre de chef de file en matière de soins de santé préventifs, grâce à ses recherches et solutions novatrices qui serviront à améliorer la vie, certes, de tous les Néo‑Brunswickois (qui subissent les effets les plus prononcés du vieillissement de la population), mais aussi de tous les Canadiens.

Bien sûr, l’UNB ne fait pas cavalier seul. Ce centre et ses ajouts à notre capacité d’innovation se joindront aux programmes et projets de fine pointe en cours dans le secteur de la santé au Nouveau‑Brunswick.

Ainsi, le York Care Centre de Fredericton était un élément d’un programme pilote national visant à améliorer les soins en cas de démence au moyen de l’utilisation adéquate de certains médicaments antipsychotiques. Ce programme pilote centré sur le patient a remporté un tel succès qu’il a donné lieu en mai à l’annonce d’un nouveau partenariat entre la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé et l’Association des foyers de soins du Nouveau‑Brunswick visant à élargir le nouveau modèle à 14 autres foyers de soins dans la province, avec l’ambition d’atteindre l’échelle provinciale, et potentiellement nationale, un jour.

Il faut également mentionner les recherches et les projets d’importance en cours qui profitent du soutien de la Fondation de la recherche en santé du Nouveau‑Brunswick, ainsi que le travail considérable effectué à la clinique de traitement des traumatismes liés au stress opérationnel de Fredericton, l’une des principales cliniques du pays.

Le mois dernier, j’ai eu l’honneur de tenir une table ronde regroupant diverses parties prenantes et une consultation publique sur l’édification d’un Canada inclusif et novateur.

L’un des principaux thèmes à émerger de ces discussions est que le Nouveau‑Brunswick occupe une position privilégiée de laboratoire vivant pour concevoir, explorer et mettre à l’épreuve de nouvelles politiques et de nouveaux programmes dans le secteur de l’innovation.

On constate que cela se produit déjà dans le secteur des sciences de la santé au Nouveau‑Brunswick. Les recherches menées au Centre for Healthy Living de l’UNB et les solutions qui vont émerger des initiatives que je viens de mentionner démontrent avec force que le Nouveau‑Brunswick proposent de nouvelles façons de résoudre ses problèmes liés aux soins de santé, au profit de tout le pays.

Comme député, j’ai à cœur que mes collègues du gouvernement du Canada reconnaissent et apprécient la valeur, les forces et tout le potentiel de notre région à réaliser son rêve d’améliorer la vie de tous ceux qui considèrent notre pays comme leur patrie.