Matt DeCourcey

Votre député de


Fredericton

Matt DeCourcey

Votre député de


Fredericton

Menu

Investissement pour favoriser le veillissement en santé des aînés

Cela fait bientôt trois ans que j’ai été élu comme député. Les contributions quotidiennes remarquables des aînés à nos collectivités constituent l’une des choses les plus importantes que j’ai observées. Les aînés comptent sans aucun doute parmi les atouts les plus considérables du Canada. Nous avons beaucoup à apprendre de leur sagesse.

Le gouvernement fédéral appuie les contributions des Canadiens plus âgés et célèbre leur savoir, leur expérience et leur diversité. Son objectif est d’offrir des possibilités qui accroîtront leur indépendance et amélioreront leur qualité de vie. En ce qui concerne l’amélioration de la vie des aînés du Canada, je suis fier du bilan du gouvernement.

Au cours de notre première année au pouvoir, nous avons augmenté la prestation complémentaire au Supplément du revenu garanti (SRG) pour les aînés vivant seuls et bonifié le Régime de pensions du Canada. Nous avons également rétabli l’âge d’admissibilité à la Sécurité de la vieillesse (SV) et au SRG à 65 ans. Les Canadiens étaient préoccupés par le changement de l’âge d’admissibilité à 67 ans instauré par l’ancien gouvernement. Nous les avons entendus et nous avons agi.

Lorsque je fais du porte-à-porte, les gens qui approchent l’âge de la retraite me disent souvent à quel point ils se réjouissent des mesures que nous avons prises et que nous continuons de prendre.

Le rétablissement de l’âge d’admissibilité à 65 ans constitue une mesure essentielle pour s’assurer que les aînés vulnérables ne risquent pas davantage de vivre dans la pauvreté. En juillet, nous avons augmenté la prestation de la Sécurité de la vieillesse, ce qui signifie qu’un aîné vivant seul qui reçoit la SV et le SRG sans aucun autre revenu peut recevoir 1 728,84 $ de plus aujourd’hui qu’en novembre 2015.

Le gouvernement fédéral sait qu’il est primordial de verser directement de l’argent aux aînés, mais il est conscient que la population du Nouveau­Brunswick vieillit plus rapidement que la moyenne nationale et que nous devons prendre des engagements fermes dès maintenant pour assurer un vieillissement en santé. L’investissement de 75 millions de dollars du gouvernement dans un projet pilote sur les aînés en santé au Nouveau­Brunswick est un exemple de cet engagement.

Annoncé dans le budget de 2018, ce projet pilote finance une gamme d’initiatives qui amélioreront visiblement la vie des aînés dans l’ensemble du Nouveau­Brunswick et du Canada. Elles assureront la sécurité des aînés à la maison, amélioreront les milieux sociaux et bâtis, réduiront les inégalités en matière de santé dans l’ensemble des collectivités, et encourageront un mode de vie sain et actif.

L’investissement de 16,6 millions de dollars du gouvernement dans le tout nouveau Centre pour une vie saine à l’Université du Nouveau­Brunswick (UNB), à Fredericton, est un autre exemple de notre engagement à l’égard du vieillissement en santé. Le Centre positionne le Nouveau­Brunswick comme leader en répondant à la demande croissante dans le domaine de la recherche appliquée en soins de prévention et de réadaptation.

Le Centre pour une vie saine cible la recherche sur la prévention des maladies chroniques, l’exercice, et les modes de vie sains. Le lien entre le Centre et la Faculté de kinésiologie de l’UNB et le Laboratoire de performance humaine Andrew et Marjorie McCain crée une grappe de recherche en santé considérable et novatrice à l’échelle nationale.

Le Centre pour une vie saine symbolise les avantages à venir grâce à la Stratégie de croissance pour l’Atlantique que le gouvernement a lancée il y a deux ans. La Stratégie est un moteur de développement économique dans notre région en produisant des résultats concrets et mesurables.

Dans le cas de ce projet précis, c’est avec fierté que j’ai fait la promotion de la capacité de la région à mettre de l’avant de nouvelles solutions aux défis qui assaillent notre système de santé.

Au cours des 15 prochaines années, près d’un Canadien sur quatre sera âgé d’au moins 65 ans. Comme le taux d’obésité de notre province est supérieur à la moyenne nationale, le Nouveau­Brunswick aura éventuellement de grands problèmes de maladies telles que le diabète. Il est manifeste que des investissements pour une vie saine amélioreront le sentiment de bien-être non seulement pour les gens de notre province, où le vieillissement de la population est plus prononcé, mais aussi pour l’ensemble de la population canadienne.

Comme d’autres organismes de recherche au Nouveau­Brunswick dans lesquels le gouvernement investit, le Centre pour une vie saine sera un terrain d’expérimentation pour de nouveaux modèles de collaboration. Ses travaux appuieront la recherche d’excellence qui a déjà cours au York Care Centre, à la Fondation de la recherche en santé du Nouveau­Brunswick et à la Clinique de traitement des traumatismes liés au stress opérationnel de Fredericton, l’une des principales cliniques du pays.

Grâce à son travail acharné, à sa prévoyance et à des investissements stratégiques pour tous les Canadiens, je suis convaincu que notre province inspirera le respect dans le monde entier pour ses innovations en vie saine qui nous donneront à tous un sentiment de bien-être.