Matt DeCourcey

Votre député de


Fredericton

Matt DeCourcey

Votre député de


Fredericton

Menu

LETTRE D’OPINION: DÉFENDRE LES INTÉRÊTS DES ANCIENS COMBATTANTS ET DE LEUR FAMILLES

Les anciens combattants et leur famille méritent notre gratitude et un appui indéfectible de notre part pour leur service et les sacrifices qu’ils ont consentis au pays.

En tant que députés de circonscriptions comptant de nombreuses familles d’anciens combattants et de militaires, nous savons que nos collectivités apprécient grandement leurs précieuses contributions au Canada.

Nous sommes résolus à nous faire porte-parole des anciens combattants et de leur famille à Ottawa.

Au Comité permanent des anciens combattants de la Chambre des communes, au sein de l’organisme Boots on the ground, qui appuie les anciens combattants itinérants et pour qui nous travaillons bénévolement, et durant de nombreuses journées portes ouvertes, assemblées publiques et conversations avec d’anciens combattants, nous avons tendu l’oreille afin de mieux saisir les problèmes qu’ils vivent.

D’anciens combattants nous ont raconté leur histoire et les problèmes qu’ils affrontent. Ils nous ont indiqué comment le gouvernement pourrait mieux les appuyer, eux et leur famille. Il en est ressorti clairement que les investissements dans le bien-être et la santé des anciens combattants doivent demeurer prioritaires.

Nous sommes fiers des progrès réalisés par le gouvernement Trudeau, qui s’est fait élire avec un programme promettant d’améliorer le soutien aux anciens combattants et à leur famille.

Dans le budget de 2016, le gouvernement a honoré six engagements pris envers les anciens combattants, dont : l’augmentation de l’indemnité d’invalidité; l’augmentation de l’allocation pour perte de revenus, qui vise à assurer un soutien financier accru aux anciens combattants qui suivent un programme de réadaptation; et l’élargissement de l’accès à l’allocation pour déficience permanente pour que les anciens combattants soient indemnisés plus adéquatement pour les répercussions d’une déficience liée au service.

En outre, nous avons procédé à la réouverture des neuf bureaux des Anciens Combattants qu’avait fermés le gouvernement précédent et à l’embauche de 300 employés à temps plein additionnels, en vue d’améliorer les services offerts aux anciens combattants.

Ces premiers pas sont importants, certes, mais il reste encore du pain sur la planche.

Nous nous réjouissons des mesures prévues dans le budget de 2017 qui auront une incidence à long terme considérable sur le bien-être et la sécurité financière des anciens combattants et de leur famille.

Nous savons que des membres de la famille assument souvent un rôle d’aidant naturel auprès des anciens combattants malades ou blessés.

Afin de reconnaître le sacrifice consenti par les membres de la famille et leur assurer une certaine stabilité et sécurité financière, le budget de 2017 propose de créer l’Allocation de reconnaissance des aidants naturels, un montant de 1 000 $ qui serait versé chaque mois directement aux aidants qui soignent les anciens combattants malades ou blessés.

Par ailleurs, on nous a dit que la transition vers la vie civile peut être chose ardue pour les hommes et les femmes militaires. Il arrive souvent qu’un soldat en transition ait besoin de faire des études en vue d’une carrière dans le civil.

Le budget de 2017 propose de faciliter cette transition avec la création d’une prestation pour les études et la formation à l’intention des anciens combattants. Cette nouvelle prestation sert au paiement des frais de scolarité et d’autres coûts afférents. Les anciens combattants ayant 6 années de service auraient droit à des prestations pouvant atteindre 40 000 $ et ceux ayant 12 ans de service auraient droit à des prestations pouvant atteindre 80 000 $. Les anciens combattants pourraient se prévaloir de cette prestation durant les 10 ans suivant leur libération.

Qu’il s’agisse de parfaire leur éducation, d’obtenir de l’encadrement au travail ou de l’aide dans leur recherche d’emploi, les anciens combattants pourront faire les choix les mieux adaptés à leur situation familiale, grâce à la souplesse accrue qui caractérise l’accès à ces prestations.

Les soldats libérés pour des motifs médicaux évoquent souvent le fait que, pour eux et leur famille, le long cheminement vers la guérison ne fait que commencer. Beaucoup de familles de nos circonscriptions nous disent que le soldat dont elles prennent soin est marqué par la guerre et que les contrecoups de son traumatisme sont ressentis par toute la maisonnée.

Pour aider à affronter de tels problèmes, le budget de 2017 promet d’élargir l’accès au Programme de soutien aux familles des militaires aux anciens combattants qui ont été libérés pour des motifs médicaux. Ces changements sont proposés à la suite de vastes consultations, y compris celles tenues à Oromocto et à Hampton.

La santé mentale des anciens combattants est prioritaire pour le gouvernement. Nous comprenons qu’ils méritent les meilleurs soins pour leurs problèmes de santé mentale, y compris le trouble de stress post-traumatique (TSPT).

Un nouveau centre d’excellence sur le TSPT sera créé pour produire et diffuser des informations et des travaux de recherche de première qualité aux professionnels de la santé et aux anciens combattants afin d’assurer les meilleurs soins possible.

Les militaires accomplissent leur service avec bravoure, honneur et dignité. Ils protègent nos valeurs les plus chères, et ce, au risque de leur vie. Nous sommes résolus à assurer aux anciens combattants ce qu’ils méritent, c’est‑à‑dire un soutien et des soins convenables.

Les choses avancent, mais nous savons qu’il reste encore à faire. Nous allons continuer à défendre sans relâche la cause des anciens combattants et de leur famille.

 

Alaina Lockhart est la députée de Fundy Royal et siège au Comité permanent des anciens combattants de la Chambre des communes.

Matt DeCourcey est le député de Fredericton et représente les collectivités de Fredericton, d’Oromocto, de New Maryland de la région de Grand Lake.