Matt DeCourcey

Votre député de


Fredericton

Matt DeCourcey

Votre député de


Fredericton

Menu

Lettre d’opinion – Faciliter le vieillissement en bonne santé – L’histoire d’Anna

Matt DeCourcey, député de Fredericton, a récemment rendu visite aux membres du « Coffee Club » de la paroisse anglicane de St. Margarets pour y parler de l’engagement du gouvernement fédéral envers les aînés, de ce que ce dernier entend faire pour aider les aînés à vivre plus longtemps, en meilleure santé et chez eux.

Faciliter le vieillissement en bonne santé – L’histoire d’Anna

Anna Hanley, qui est décédée l’été dernier, était aimée de tous ceux qui la connaissaient. Son enthousiasme et son énergie en faisaient une source d’inspiration pour bien des gens. Anna, disait‑on dans sa notice nécrologique, avait été une passionnée de golf et avait continué de conduire jusqu’à l’âge de 90 ans.

Comme plus du quart des aînés dans les établissements de soins de longue durée au Canada, Anna prenait des médicaments antipsychotiques sans qu’un diagnostic de trouble psychotique ait été établi. Souvent, ces médicaments sont prescrits pour d’autres raisons. Malheureusement, ils ont un effet sédatif qui entraîne des chutes et des visites à l’hôpital qui pourraient être évitées.

En 2013, la consommation de ce type de médicaments chez les aînés du Nouveau-Brunswick était deux fois supérieure à la moyenne canadienne. Étant donné le profil démographique de la province, c’est un problème qui va en s’intensifiant.

Une nouvelle approche du recours aux médicaments antipsychotiques est l’une des différentes possibilités qui pourraient donner de bons résultats au Nouveau-Brunswick. Notre province est un « laboratoire vivant » bien connecté qui a su mettre au point de nombreuses solutions de pointe dans le domaine des soins de santé.

Nous avons besoin de solutions qui vont favoriser le vieillissement en bonne santé et démontrer les avantages des approches novatrices, tant sur le plan de la santé que sur le plan financier. Voici quelques exemples de telles approches : revoir les systèmes afin que les données et l’information puissent être communiquées de manière plus efficace; permettre à l’entreprise à vocation sociale et au secteur privé d’apporter une valeur ajoutée; faciliter une prise de décisions éclairée sur le terrain.

Contribueront également à un vieillissement en meilleure santé les mesures touchant les soins de santé préventifs, comme celles que cible l’investissement de 16,6 millions de dollars du gouvernement fédéral dans le Centre d’études sur les modes de vie sains de l’Université du Nouveau-Brunswick, et l’annonce de la nouvelle Chaire de recherche en Santé communautaire et en vieillissement.

Le Centre de soins York (CSY), une entreprise à vocation sociale qui s’applique à favoriser le vieillissement en bonne santé grâce à l’innovation, a pour objectif de rehausser le bien‑être de ses résidents. Constatant que bon nombre d’entre eux – dont Anna, qui souffrait de la maladie d’Alzheimer – à qui on donnait des médicaments antipsychotiques devenaient amorphes et déclinaient, le CSY a voulu trouver une solution.

Dans le cadre d’un programme de réduction de la consommation de médicaments antipsychotiques conçu par la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé (FCASS), le CSY est devenu l’un des 56 foyers de soins qui ont réduit la prescription de médicaments antipsychotiques aux personnes âgées. Depuis septembre 2014, sur les 416 résidents de centres de soins de longue durée participant au programme à l’échelle nationale, 54 % ont vu une diminution ou la suppression de l’utilisation de ces médicaments, ce qui a mené à une baisse considérable du nombre de chutes et des cas de violence verbale et physique.

Le programme s’est également avéré un succès au CSY, où la consommation de médicaments antipsychotiques a baissé du tiers et les coûts connexes sont tombés à 50 % de la moyenne provinciale.

Cela dit, ce qui importe le plus est le fait que la qualité de vie des résidents, dont Anna, s’est améliorée. Eugene McGinley, le frère d’Anna, qui lui rendait visite régulièrement, a remarqué que cette dernière était redevenue plus alerte et plus mobile – un peu plus elle‑même – une fois que ces médicaments lui furent retirés graduellement.

Le travail de la FCASS, qui est financé par le gouvernement du Canada, démontre bien que les solutions novatrices améliorent le sort des patients et de leur famille. Le succès de son initiative de réduction du recours aux médicaments antipsychotiques a mené à la création du projet collaboratif Utilisation appropriée des antipsychotiques au Nouveau-Brunswick – une initiative conjointe de la FCASS, de l’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick et du gouvernement provincial. Le but visé est d’étendre ce programme à l’ensemble des quelque 60 foyers de soins de longue durée de la province d’ici l’été 2018.

AGE‑WELL, un réseau qui s’intéresse aux technologies et au vieillissement au Canada, a récemment ouvert un nouveau centre national d’innovation à Fredericton, en collaboration avec la Fondation de la recherche en santé du Nouveau-Brunswick et le CSY. AGE-WELL est un réseau de centres d’excellence financé par le gouvernement fédéral et dont le but est d’accélérer l’innovation dans le domaine des technologies et du vieillissement au profit de tous les Canadiens.

De plus, le gouvernement fédéral a passé son premier accord sur la santé avec les provinces, accord qui prévoit un investissement de 11 milliards de dollars sur les 10 prochaines années, dont 229,4 millions de dollars en plus pour l’amélioration des mesures de soutien dans les domaines des soins à domicile et de la santé mentale. Ces fonds vont aider les aînés à vivre plus longtemps, en meilleure santé et chez eux, de même qu’à réduire les fardeaux financiers et administratifs déjà trop lourds de notre système de soins de santé.

Je souhaite que le Nouveau-Brunswick continue de jouer un rôle de centre d’expérimentation pour de nouveaux modèles de soins collaboratifs pouvant contribuer à rationaliser les services et à mettre en place des mesures de soutien appropriées. Grâce à notre énergie et à notre enthousiasme à tous – comme ceux dont Anna Hanley a fait preuve toute sa vie – notre province peut demeurer au pays un chef de file de l’innovation en matière de soins de santé préventifs et de mesures qui favorisent le vieillissement en bonne santé.

-30-